Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2017-03-29T12:30:43+02:00

Le premier jour du reste de ma vie

Publié par Mademoiselle Maman
Le premier jour du reste de ma vie

Depuis le jour où j'ai tenu ma première cigarette, j'étais accroc. Inexplicable ce besoin de m'en griller une, puis deux jusqu'au paquet vide. L'angoisse à l'idée d'être à court...

J'ai longtemps fumé. J'ai tiré sur ma première cigarette quand j'avais 12 ans. De longues années à aimer ça, à me complaire dans cette dépendance.

A de nombreuses reprises, j'ai décidé d'arrêter. Parfois, j'ai même tenu plusieurs mois, mais à quel prix ! Quelle torture !!! Un vrai supplice ! Je craquais pour des broutilles et reprenais de plus belle.

En 2010, lors d'une visite chez mon médecin, il m'informe qu'au vu du nombre de cigarettes fumées pendant un nombre d'années considérables (13 ans alors), je frôlais une zone critique pour ma santé. Ca ne m'a pas affolé plus que ça. J'étais au courant des risques que je prenais en fumant autant. Pas que je m'en fichais mais presque... Je ne réalisais pas vraiment.

En 2012, la décision étais prise : cette année, j'arrêtais coûte que coûte. J'ai pris contact avec l'Ecole Français d'Hypnose à Toulouse. La personne que j'ai eu en ligne m'a conseillé de me fixer une date butoire et de commencer à me préparer mentalement. J'ai donc pris rendez vous le 27 mars 2012, comme un cadeau pour mon anniversaire de moi à moi...

Le jour J, ma soeur m'a accompagné. Avant d'y aller, j'en fume une, puis deux, juste au cas où... La séance a duré moins d'une heure. L'hypnothérapeute m'a expliqué qu'il allait implanté une idée dans mon subconscient (je simplifie un peu) : JE SUIS NON FUMEUR. Pendant tout ce temps, j'étais consciente de tout ce qui se passait autour de moi. Je comprenais et assimilais tous les propos du thérapeute.

Une fois la séance finie, pour moi, consciemment, rien n'avais changé. J'étais toujours moi, la même. La vue d'une cigarette ne me rebutais pas. Je m'attendais à être métamorphosée ou quelque chose comme ça. J'attendais que l'envie arrive, cette envie irrépressible de sortir le paquet de mon sac, de piocher une cigarette et de l'allumer. Rien...

Cet après midi là, comme pour me prouver quelque chose, j'ai allumé une cigarette. Croyez-le ou non, la fumée est restée "coincée" dans ma bouche, comme si mon subconscient bloquait ma gorge. J'ai recraché la fumée, j'ai éteins cette cigarette dans le cendrier. Elle y est restée 2 semaines. J'ai fini par la jeter. J'étais non-fumeur.

Ce jour était le premier jour du reste de ma vie... ma vie de non-fumeur. Aujourd'hui, l'odeur me dérange. J'encourage mon entourage à arrêter de fumer. La seule chose qui me reste d'un fumeur est ma mémoire.

Je peux dire, pour avoir vécu des échecs auparavant, que mon arrêt est définitif. Il s'est passé sans souffrance, en douceur. Je suis très reconnaissante pour ça. Aujourd'hui encore, 5 ans après, je ne ressens ni manque ni envie.

A vous qui lisez, l'arrêt du tabac ne doit pas être un supplice. Si c'est le cas, c'est simplement que la méthode n'est pas adaptée. Ne renoncez pas à l'arrêt du tabac par peur de la difficulté.

Je fumais un paquet et demi par jour, le 27 mars 2012, je suis devenue non-fumeur. Le 27 mars 2012 a été le premier jour du reste de ma vie.

 

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog