Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #quelque chose sur mademoiselle maman catégorie

2017-07-21T08:00:00+02:00

3 ans en un clin d'oeil !

Publié par Mademoiselle Maman
3 ans en un clin d'oeil !

J'ai fermé les yeux, juste un instant... et en fait, elle a déjà 3 ans... Impossible que le temps passe si vite. Et pourtant, je me souviens de tout... Cette grossesse, ce petit grain de folie, cette envie de maternité inassouvie... Cette grossesse formidable, cet accouchement ressenti jusqu'au fond de mes entrailles... et puis : ELLE, ma fille, souriante dès le premier jour dans mes bras. La facilité avec laquelle elle est entrée dans nos vies me surprend encore, c'était hier... ou pas ! Je me souviens de chaque instant avec elle : les tétées complices, les sourires et les délires, les étapes importantes et celles qui l'étaient moins.

Elle est un peu comme moi, en miniature. Elle est affectueuse et gentille, sociable mais solitaire, douce mais si vive, fofolle à ses heures... Elle déborde d'énergie, surtout quand il s'agit de me faire tourner en bourrique... Elle sait me prendre par les sentiments, elle fait la moue et me dit : " j'ai besoin de toi maman". Elle a 3 ans aujourd'hui mais en parait beaucoup plus.

J'ai tant redouté "la" fille, la chipie... Faire grandir une fille tout en douceur dans un monde si dur, dans une société comme la nôtre. Je redoute le "plus tard", l'adolescence de cet enfant au caractère bien trempé. Mais pour l'heure, elle a 3 ans, juste 3 ans... déjà 3 ans...

La tête pleine de souvenirs, je souhaite à ma Princesse un Joyeux anniversaire...

 

 

 

 

 

3 ans en un clin d'oeil !
3 ans en un clin d'oeil !
3 ans en un clin d'oeil !
3 ans en un clin d'oeil !
3 ans en un clin d'oeil !
3 ans en un clin d'oeil !
3 ans en un clin d'oeil !
3 ans en un clin d'oeil !

Voir les commentaires

2017-06-19T13:16:22+02:00

La nouvelle ère

Publié par Mademoiselle Maman
La nouvelle ère

Je vous l'ai annoncé, mais j'en ai très peu parlé... J'ai repris une activité professionnelle. J'ai passé de longues semaines de longs mois à chercher, scrutant les offres d'emploi, postulant ici et là. Cette période a été difficile pour moi car elle a été la cause de doutes et de remises en questions. Les contraintes étaient nombreuses : horaires, garde, distance... et oui, quand on a un mari routier qui part en déplacement toute la semaine, c'est pas facile de passer le relais.

J'ai commencé par chercher dans le secrétariat (diplôme + expérience), puis j'ai ajouté la petite enfance (diplôme + expérience) et pendant plusieurs semaines, je me suis concentrée dans ces domaines. En fait, j'avais une date limite. Il me fallait commencer au plus tard le 15 juin (question de finance of course). Au mois de mai, j'ai commencé à envisager le commerce comme une éventualité.. J'ai déposé des CV dans les zones commerciales autour de chez moi. Le 6 juin, j'ai demandé par hasard dans le magasin où je fais mes achats si ils cherchaient du personnel. Le 8, je déposais mon CV, passais un entretien par la même occasion. Le jour même, un appel, j'avais le job ! Je commence le 14 juin !
 

 

La nouvelle ère

Depuis presque une semaine, je suis donc caissière dans un magasin de prêt-à-porter homme/femme/enfant; chaussures et maroquinerie... Et vous savez quoi ?!? J'adore ça ! Je reprend le rythme qui va avec le boulot. Les enfants ne semblent pas trop perturbés. En fait, ce rythme, eux, ils l'avaient déjà. J'avais pris mes dispositions en prévisions de ma reprise.

Voilà... mon congé parental s'achève ce mois-ci... et j'en ai bien profité. J'ai aimé voir mes tout-petits grandir un peu plus chaque jour. J'ai aimé prendre le temps d'apprendre à les connaître. Etre mère au foyer est un job H24, éprouvant, fatigant, mais tellement gratifiant... Je suis reconnaissante pour cette chance que j'ai eu d'être maman à temps complet. Maintenant, mes deux amours sont sur le chemin de l'école et moi au travail. Je pensais que ce changement m'angoisserait, mais en fait, c'est loin d'être le cas... Je reste concentrée au travail, profite de mon temps libre et suis heureuse de retrouver mes loulous. Le cocktail parfait pour être épanouie (enfin.. je crois !)

Allez mes p'tites mamans... Je vous embrasse !

La nouvelle ère

Voir les commentaires

2017-04-27T19:29:06+02:00

Le premier en 10 ans

Publié par Mademoiselle Maman
Le premier en 10 ans

Le temps passe, les années défilent et ce faisant, mon dernier entretien d'embauche date d'il y a 10 ans. QUOI ?!? 10 ANS !!! Impossible ! Et si... Sauf que, aujourd'hui, ce n'est plus le cas, mon dernier entretien date de la semaine dernière. Allez... Je vous raconte :

 

Mercredi dernier, comme tous les jours ces temps-ci, j'ai répondu à des offres d'emploi par mail. En général, je reçois un ou deux jours après, une réponse type me stipulant que je ne correspond pas aux critères (bla bla bla). Ce mercredi-là, précisément le jour où ma fille n'a pas crèche et où mon fils était malade, je reçois un appel. Dans le vacarme d'une après midi de jeux avec mes enfants, je répond.

Monsieur T., responsable du recrutement pour une plateforme de secrétariat médical à distance m'explique qu'il recherche une secrétaire, plutôt une standardiste médicale. Il m'énonce les conditions de travail, les horaires, aborde la rémunérations, les avantages. Je prend des notes malgrés le bruit, tente de m'isoler, en vain. On convient donc d'une entrevue le lendemain, suivie d'un test informatique.

Je rassemble mes esprits. je relis mes notes, fait 2 / 3 recherches sur google. C'est OK, le poste me parait être une opportunité bien qu'il soit à 45 minutes de route de chez moi.  D'un naturel anxieux et stressée, je me trouve relativement sereine pour l'occasion.

Ce qui m'inquiétais le plus, c'était de trouver une tenue adaptée à un entretien. Mon pantalon à pinces, acheté quelques mois auparavant pour ce genre de circonstance est trop grand de 2 tailles, je ressemble à un clown. Pantalon noir, chemisier noir, chignon... Let's go ! Ca peut paraitre futile comme préoccupation mais j'ai focalisé mon stress là-dessus. L'entretien en lui-même ne m'inquiétait pas, j'étais prête, voire impatiente.

Arrivée sur place, je suis accueillie par une jeune homme. C'est lui le recruteur ??? Punaise ! Je me trouve vieille d'un coup. Il doit à peine avoir la vingtaine.

Il me présente la société, le poste. M'invite à le questionner. Et me conduit devant un ordinateur pour un test... de frappe ! Dictée de quelques phrases. J'ai une bonne cadence. Je me relis. Il me corrige. 1 faute, pfff les accords COD/COI, la grammaire quoi ! Il me félicite, c'est très rare selon lui. Flatée, je suis plus que confiante pour la suite !

Là, il sort mon CV... Et m'interroge. Parcours, diplômes, expérience. Et... mes enfants ! Les questions étaient orientées : mode de garde, horaires atypiques... Des questions que j'avais déjà anticipées. "Mais quand vous viendrez travailler, vos enfants, ils vont pas vous manquer ?" Clairement, Monsieur T. n'a pas d'enfants...

L'entretien se poursuit. Au total, je suis restée 1h45 dans les locaux. Monsieur T., qui partait en vacances le soir même me confie être content de notre entretien et me dit que ma candidature est la plus "pertinente" qu'il ait. La responsable de la plateforme prendra contact avec moi le lendemain. Je repart, souriante et presque confiante.

Vendredi, 17h, un mail : "suite à votre entretien avec Mr T., nous avons le regret (bla bla bla)"

Ce job, il me plaisait. J'étais enthousiaste, impatiente. J'aurais commencé de suite.

Au moins, j'aurais eu mon premier entretien depuis 10 ans ! Je suis à bloc pour les prochains !

 

Belle soirée mes ptites mamans !

 

Voir les commentaires

2017-03-29T12:30:43+02:00

Le premier jour du reste de ma vie

Publié par Mademoiselle Maman
Le premier jour du reste de ma vie

Depuis le jour où j'ai tenu ma première cigarette, j'étais accroc. Inexplicable ce besoin de m'en griller une, puis deux jusqu'au paquet vide. L'angoisse à l'idée d'être à court...

J'ai longtemps fumé. J'ai tiré sur ma première cigarette quand j'avais 12 ans. De longues années à aimer ça, à me complaire dans cette dépendance.

A de nombreuses reprises, j'ai décidé d'arrêter. Parfois, j'ai même tenu plusieurs mois, mais à quel prix ! Quelle torture !!! Un vrai supplice ! Je craquais pour des broutilles et reprenais de plus belle.

En 2010, lors d'une visite chez mon médecin, il m'informe qu'au vu du nombre de cigarettes fumées pendant un nombre d'années considérables (13 ans alors), je frôlais une zone critique pour ma santé. Ca ne m'a pas affolé plus que ça. J'étais au courant des risques que je prenais en fumant autant. Pas que je m'en fichais mais presque... Je ne réalisais pas vraiment.

En 2012, la décision étais prise : cette année, j'arrêtais coûte que coûte. J'ai pris contact avec l'Ecole Français d'Hypnose à Toulouse. La personne que j'ai eu en ligne m'a conseillé de me fixer une date butoire et de commencer à me préparer mentalement. J'ai donc pris rendez vous le 27 mars 2012, comme un cadeau pour mon anniversaire de moi à moi...

Le jour J, ma soeur m'a accompagné. Avant d'y aller, j'en fume une, puis deux, juste au cas où... La séance a duré moins d'une heure. L'hypnothérapeute m'a expliqué qu'il allait implanté une idée dans mon subconscient (je simplifie un peu) : JE SUIS NON FUMEUR. Pendant tout ce temps, j'étais consciente de tout ce qui se passait autour de moi. Je comprenais et assimilais tous les propos du thérapeute.

Une fois la séance finie, pour moi, consciemment, rien n'avais changé. J'étais toujours moi, la même. La vue d'une cigarette ne me rebutais pas. Je m'attendais à être métamorphosée ou quelque chose comme ça. J'attendais que l'envie arrive, cette envie irrépressible de sortir le paquet de mon sac, de piocher une cigarette et de l'allumer. Rien...

Cet après midi là, comme pour me prouver quelque chose, j'ai allumé une cigarette. Croyez-le ou non, la fumée est restée "coincée" dans ma bouche, comme si mon subconscient bloquait ma gorge. J'ai recraché la fumée, j'ai éteins cette cigarette dans le cendrier. Elle y est restée 2 semaines. J'ai fini par la jeter. J'étais non-fumeur.

Ce jour était le premier jour du reste de ma vie... ma vie de non-fumeur. Aujourd'hui, l'odeur me dérange. J'encourage mon entourage à arrêter de fumer. La seule chose qui me reste d'un fumeur est ma mémoire.

Je peux dire, pour avoir vécu des échecs auparavant, que mon arrêt est définitif. Il s'est passé sans souffrance, en douceur. Je suis très reconnaissante pour ça. Aujourd'hui encore, 5 ans après, je ne ressens ni manque ni envie.

A vous qui lisez, l'arrêt du tabac ne doit pas être un supplice. Si c'est le cas, c'est simplement que la méthode n'est pas adaptée. Ne renoncez pas à l'arrêt du tabac par peur de la difficulté.

Je fumais un paquet et demi par jour, le 27 mars 2012, je suis devenue non-fumeur. Le 27 mars 2012 a été le premier jour du reste de ma vie.

 

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog